Watch The Throne Tour : Kanye West et Jay-Z embrasent Bercy.


En guide de préambule, je commencerais par ce lieu commun, qui aura pris tout son sens aujourd'hui : la musique, ca ne s'écrit pas, ca se vit. Ce billet s'adresse donc à ceux qui ce soir peuvent se ronger les ongles jusqu'au sang de rage et d'aigreur de n'être en mesure de dire "j'y étais". Aucun superlatif ne saura décrire avec justesse ce qui vient de se passer dans l'enceinte du P.O.P.B. mais tentons donc déjà de replacer les choses dans leur contexte. Ceux qui se sont enflammés à l'excès pour le concert de Drake qui s'est tenu au même endroit il y a quelques semaines ont dû, au choix, faire une syncope ou atteindre l'orgasme auditif après avoir assisté à la prise d'assaut de Bercy par Jigga & Yizzy.

On va se débarrasser de l'aspect strictement musical d'entrée, puisque tout n'était ici qu'à base de synthés et de programmation. Les esthètes se rabattront donc sur le prochain concert de Prince à Paris ou sur le Earth Wind & Fire Experience, ici on ne propose pas la même came, on ne joue pas dans la même cour, mais le son est néanmoins bien lourd.

Parlons ensuite de la scénographie, magistrale. En ce qui me concerne, je n'avais encore jamais vu Bercy dans une telle configuration. On m'a beaucoup parlé de la scène centrale lors du dernier passage de Justin Timberlake dans ces lieux, mais là, on a eu droit au must. Deux énormes cubes lumineux se faisant face, qui montaient et descendaient au fil des performances, et sur lesquels étaient respectivement juchés nos deux MCs. Visuellement bluffant, mais également très ingénieux, le procédé permettant aux moins bien lotis (le public en fosse) de profiter d'une proximité inédite avec les artistes. Les plus VIP, eux, avaient carrément droit de faire partie intégrante du spectacle, puisqu'ils étaient situés dans le prolongement de la scène à quelques mètres de Kanye West à l'ouverture du show.

Extrait : "Otis" (live @ Paris Bercy 30/05/12) :


Venons-en à l'essentiel maintenant : ce récital fantastique délivré par les deux héros de la soirée. Un robinet à hits, un best of durant lequel le duo a alterné morceaux tirés de leur album commun et titres issus de leur répertoire respectif. Le tout plongeant Bercy dans une hystérie collective totalement indescriptible. Ces deux là ne s'appellent pas The Throne pour rien, ils sont littéralement assis sur le toit du Rap game, et regardent d'en haut la concurrence escalader une pente savonneuse pour tenter de les y rejoindre. Intouchables.

Jay-Z, casquette Brooklyn Nets (le club de basket new-yorkais dont il est co-propriétaire) sur la tête, déroule. Dans le désordre, ça nous donne : "Hard Knock Life", "Izzo (H.O.V.A.)", "Empire State of Mind", "Big Pimpin'", "99 Problems", et j'en passe. Kanye West, scintillant comme une boule à facettes et grillz plein la bouche, lui renvoie la balle (en plein Roland Garros, permettez-moi la métaphore) à coup de "Flashing Lights", "Jesus Walks", "Goodlife" ou "Gold Digger". Il faut dire que ces deux-là totalisent une bonne cinquantaine de tubes, définitivement générationnels : ils sont les Kings of Pop de la génération Y, des icônes.

Extrait : "Ni**as in Paris"(live @ Paris Bercy 30/05/12) :


Dans la salle, c'est la liesse, l'ébullition, c'est tellement électrisant que ça finit par prendre aux tripes. Il doit bien faire 50°, ça sent la weed et la sueur, et à chaque refrain scandé, ça lève les bras en l'air dans une chorégraphie quasi martiale. Les basses vrombissent et résonnent dans les cages thoraciques. Bercy s'embrase, Bercy est en feu, de la scène aux gradins. Près de trois heures durant... Ayant dû sacrifier la dernière partie du concert (passé 23H30), je ne saurais donc pas si le record de performances en rappel de leur hymne "Niggas In Paris" aura été battu. J'ai choisi de prendre la fuite pour éviter la cohue dans les transports. Je quitte donc le POPB en étant témoin d'une dernière scène : sur le quai du métro, un agent RATP qui veille déjà au grain prévient son collègue : "il y a la police sur la ligne, parce qu'il y avait un concert ce soir. Je sais plus qui... Un truc de rap. Euh, l'autre là... Le copain de Beyoncé." Un truc générationnel, je vous dis.

Remerciements : Maria et toute l'équipe du site Esprit Musique (Caisse d'Epargne), qui m'ont permis d'assister à cette première étape parisienne du Watch The Throne Tour. Pour les retardataires et/ou ceux que cette chronique aurait convaincus, sachez enfin qu'il reste toujours des places pour le dernier des trois concerts de Kanye West et Jay-Z à Bercy, le 18 Juin 2012. Infos et réservations ici.

2 commentaires:

  1. Merci de nous restituer ce moment ça donne presque envie d'aller à leur prochain concert...Mais définitivement, c'est l'un de tes meilleurs articles. On se croirait à Bercy. Merci de nous avoir fait voyager.

  1. Emily a dit…:

    Merci ! J'ai écrit l'article à minuit en rentrant du concert, encore dans le feu de l'action j'étais tellement à fond que j'ai eu du mal à trouver le sommeil ! C'était vraiment fou, ce concert !

Enregistrer un commentaire

 
Mysoul.fr © 2008-2012 | Theme adaptation by Emilie C.