Alex Clare, "Treading Water" (video) + "Hands Are Clever" (audio)

The album I've been playing non stop for the last couple of weeks isn't something fresh out of the oven. The piece is in fact 12 months old, and would eventually have made the "most slept on records of the year" on your favorite blogger's list. If it wasn't for the use of one song, "Too Close" (now a top 5 hit in both UK and Germany) in a tv commercial, Alex Clare would not be the latest addition to my Itunes playlist. And what a waste it would have been. Packed with electro/drum&bass/dubstep meets Soul gems crafted in collaboration with producers Major Lazer, Mike Spencer and songwriter Eg White, The Lateness Of The Hour has slowly become my latest music obsession. I'll share with you two of the stand-out tracks, but 11 out of the 12 songs included could have made my selection. This is a must listen/must buy kind of record, as refreshing as this revamped version of a Jamiroquai/Craig David/Jamie Lidell kind of crooner promises to be.
---
Ou comment un jeune inconnu anglais aura réussi à me réconcilier (momentanément) avec la musique électronique. Le pari était loin d'être gagné tant j'ai développé une sorte d'aversion pour le genre à mesure que la Dance/Pop était littéralement en train de phagocyter ce R&B qui m'avait pourtant longtemps était si cher. Mais voilà, Alex Clare lui, ne fait pas dans l'Eurodance bas de gamme, celle qui avait déjà bien pollué mon adolescence à gros renfort de Dance Machine, d'Ophélaï et de 2 Unlimited et que l'on nous ressert aujourd'hui dans une sorte de gloubiboulga indigeste nommé "Pop Urbaine". Point de cette infamie sur l'album de ce cher Alex, ce dernier ayant fait voeux de subtilité plutôt que de facilité, en s'entourant sur son premier opus sorti en 2011 (The Lateness Of The Hour), de producteurs qui maîtrisent leur sujet : Major Lazer (Diplo & Switch), Mike Spencer, Eg White.

Si l'on ne présente plus les premiers ("Who Run This Mother..." ?), le deuxième a signé toute une séries de hit outre-Manche pour le groupe Jamiroquai, et a également produit le très addictif "Down With The Trumpets" de Rizzle Kicks. Quant à Eg White, c'est un compositeur de ballade hors pair, qui a, entre autres, offert à Adele et James Morrison leurs premiers hits respectifs. Tel est donc le secret de cet opus explosif, télescopage de Soul, de dubstep, de Drum & Bass avec même quelques poussées de fièvres Rock et Ska à l'image de cet hallucinant morceau d'ouverture : "Up All Night". Là, c'est carrément le "Walking Like An Egyptian" des Bangles qui rencontre Offspring sur fond de riddim dancehall. La claque.

Mais le meilleur reste pourtant à venir sur ce disque. Dès le deuxième titre, "Treading Water", et sa rythmique lancinante, implacable, sur laquelle l'artiste vient poser cette voix, caressante et ronde, le genre de timbre qu'on avait plus entendu depuis Jamie Lidell au moins, oserais-je même la comparaison avec l'intouchable Jay Kay ? Pourquoi pas...



Bon, j'aurais aussi pu pousser le vice jusqu'à vous décrire l'album par le menu, titre par titre, mais ça serait d'une part vous retirer le plaisir de la découverte, et surtout vous retardez dans votre écoute de cette pépite. Car si vous n'avez pas les larmes qui perlent aux coins des yeux ou les poils qui se dressent après les envolées lyriques du troisième titre, "Relax My Beloved", je crois malheureusement ne plus pouvoir faire grand chose pour vous.

Et dire que cet opus fut pourtant un semi-échec à sa sortie à l'été 2011, et qu'il aurait pu tomber dans les oubliettes si une synchro pub salutaire du single "Too Close" ne lui avait pas offert cette seconde vie, dans les charts et in finé dans mes oreilles. Seul bémol, cette reprise, dont on aurait à mon sens, largement pu être épargné, du "When Doves Cry" de Prince. Mais pour le reste, même les plus hermétiques à l'électro ne pourront pas résister au charme de "Humming Bird", ses claps, sa mélodie si aérienne, et son interprétation si habitée. Et que dire du très wonderien "Hands Are Clever" ? Pêchu, dansant, foutraque juste ce qu'il faut, de quoi faire groover même le plus irréductible des Soul addicts !



Reste alors à découvrir le phénoménal Alex Clare sur scène, mais ce ne sera a priori pas pour tout de suite. Bien qu'une tournée européenne ait été annoncée pour l'automne 2012, aucune halte à Paris n'est pour l'heure prévue, et outre l'Angleterre, c'est évidemment l'Allemagne qui aura la primeur des concerts du musicien londonien. Il faut dire que l'album du jeune homme y a été très plébiscité, et que le single "Too Close" a réussi l'exploit d'atteindre la 1e place des charts germaniques. Calme plat en revanche en France, où le titre n'a toujours pas intégré le top 100 de l'airplay radio...

Toute l'actu d'Alex Clare à suivre sur son site officiel, sa fanpage Facebook et son Twitter.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Mysoul.fr © 2008-2012 | Theme adaptation by Emilie C.