[Hommage] Back to black : Amy Winehouse tire sa reverence.


I only wish the first blog post I'll write when coming back from vacay wouldn't be this one. So sad, yet so predictable, Amy Winehouse is now 'officially' gone. What will remain, way behind the trials and tribulations of her short-lived, yet extraordinary career, is that voice. Often imitated, never duplicated. Here is my selection of live performances from a stunning vocalist, an iconic figure who was an inspiration for many (and even had the opportunity to design her own clothing line for Fred Perry last year), a legend gone at 27 in the loneliness of her apartment in Camden, North London. Back to black, once and for all. Don't forget to check the 36 rare/unreleased tracks collected at This Is Real Music as a great tribute to the late singer.
---
Tout a déjà été écrit, dit, raconté sur Amy Winehouse. Sur cette existence chaotique, sur l'inéluctable dénouement d'un scenario dont nous étions les témoins impuissants depuis plus de cinq ans. L'auto-destruction de la jeune anglaise de 27 ans, starifiée suite au succès de son deuxième album "Back To Black" publié en 2006, s'est achevée de façon prévisible hier en fin d'après-midi, à son domicile londonien. Clap de fin. Amy, l'éternelle amoureuse esseulée, celle dont le cœur brisé a guidé sa plume le long de ce qui s'impose comme l'un des enregistrements majeurs de ce début de siècle, s'est éteinte dans la solitude et le désœuvrement de son appartement de Camden, quartier populaire du nord de la capitale britannique.

Ce que je retiendrai d'Amy Winehouse au-delà du folklore de son train de vie, de ses frasques, de sa silhouette décharnée, choucroute noir de jais chancelante et Repetto crasseuses aux pieds, c'est, évidemment, cette voix. Un joyau. Sombre, grave, écorchée, cette voix, doublée d'un phrasé traînant - entre indolence et insolence - a fait d'elle un archétype, avant de faire bien des émules. Elles étaient jeunes, un brin envieuses, mais probablement elles aussi subjuguées par ce timbre, ce swing, cet aura aussi, qu'il donnait à Amy. Une brindille tatouée, d'un mètre soixante à peine, qui chantait à gorge déployée comme une Shirley Bassey pour la nouvelle génération. Il y avait aussi un peu de Nina Simone chez Amy, un tempérament fougueux et cette rock attitude si diablement fascinante. Son look de pin-up revival Rockabilly (largement inspiré par le trio féminin des 60's, The Ronettes), son épais trait d'eyeliner qui soulignait son regard felin sont autant de signes distinctifs qui auront marqué notre époque. En 2010, la marque Fred Perry lui confie même la création d'une collection à son nom, entre glamour et preppy.

Ci-dessous, Amy Winehouse et Mos Def, "Love Is A Losing Game" (live) :



Ce qu'il restera d'Amy Winehouse, c'est surtout deux brillants albums, Frank, publié en 2003 et majoritairement produit par Salaam Remi, et Back To Black, son successeur, qui lui a ouvert les portes du succès et de la reconnaissance à l'international. Paru en 2006, à nouveau produit par Salaam Remi pour moitié ainsi que par Mark Ronson, l'album a obtenu un tel succès aux USA (récompensé par 5 Grammy Awards en 2008) qu'il est largement considéré aujourd'hui comme l'initiateur du mouvement "Retro Soul".

Ci-dessous, les débuts d'Amy Winehouse à la télévision U.S. sur le plateau du "Late Show" de David Letterman, où elle interprétait son hit "Rehab".
Amy Winehouse debut on US. television, performing "Rehab" on "The Late Show with David Letterman" :



A voir également sur Youtube, une superbe version guitare/voix de la ballade "Back To Black", interprété en 2009 lors du festival SXSW d'Austin, Texas.

Outre la grande Soul et le Jazz, Amy avait eu le bon goût de teinter son œuvre de quelques influences Ska/Reggae. Ainsi, sur la version deluxe de l'album Back To Black, on retrouvait ses reprises de "Hey Little Rich Girl" , "Monkey Man" et "You're Wondering Now" (The Specials).

Ci-dessous, Amy Winehouse interprète "You're Wondering Now", en duo avec The Specials sur la scène du V Festival en août 2009.
Amy Winehouse performs "You're Wondering Now" as a duet with The Specials on stage at the V Festival in August 2009.



Amy, c'était enfin une interprète de génie, capable, grâce à ses vocalises, de s'approprier un titre à tel point qu'on finissait par en oublier la version originale. L'exemple le plus probant étant sa réinterprétation/métamorphose du morceau "Valerie" du groupe de Rock indé britannique The Zutons, enregistré en 2007 pour les besoins du deuxième album de Mark Ronson, Version.

Amy Winehouse covers Valerie (The Zutons) live in the studio :



Ultime hommage, le site musical This Is Real Music a compilé 36 titres rares, inédits, remixes et démos de la chanteuse, à écouter en ligne ou à télécharger via ce lien.

La fanpage d'Amy Winehouse sur Facebook, pour y laisser vos messages, témoignages etc.

3 commentaires:

  1. vitaamine a dit…:

    très bel article...

  1. soulsista a dit…:

    Merci Emily pour ce bel hommage

  1. Smoov' Sauzë a dit…:

    ... Comme toujours 1 bien bel article, ponctué et illustré par de bonnes vidéos et surtout merci pour le lien de Download...lol... Comme l'a dit Manoeuvre, elle entre ainsi dans le Club Maudit des 27 (Hendrix, Cobain, Joplin, Morrison,etc). Je remarque cependant vue l'engouement des médias, qu'il faut mourir "Jeunes" et de façon "Brutale ou Tragique" pour accéder à l'Eternité et à des Hommages digne de ce Nom. Car à mon grand regret des Géants comme "Barry White" ou "Issac Hayes", n'ont eu droit en France à aucune émission télé, pour témoigner de la grandeur de leur contribution à la Musique... Mais bon Amy à au moins le mérite d'avoir été Fidèle à elle même, en mode "Rehab 4 Life"... So Rest in Peace Amy...

Enregistrer un commentaire

 
Mysoul.fr © 2008-2012 | Theme adaptation by Emilie C.