Disiz not the end, ou quand la mauvaise foi règne en maître sur le plateau de Ruquier...


Avant toute chose, il est utile de préciser les raisons qui m'ont poussée à prendre la plume sur un sujet qui a déjà fait couler beaucoup d'encre du côté des aficionados du rappeur français Disiz La Peste. Il est environ minuit moins le quart ce samedi soir quand je zappe sur France 2, histoire de vérifier ce qu'il se passe sur le plateau du talk show de Laurent Ruquier. Lady Gaga, que l'on a rarement l'occasion de voir sur le petit écran français, était annoncée parmi les invités du soir, ce qui a attisé ma curiosité. Mais au moment où je décidais de suivre le million de téléspectateurs et des brouettes branchés sur le rendez-vous hebdo de France 2, point de Lady Gaga sur le fameux fauteuil central, ni même ailleurs... C'est l'écrivain Yann Moix, auteur d'un livre inspiré par Michael Jackson, à la légitimité plus que douteuse étant donné son manque évident de connaissance sur le sujet, qui défend donc son œuvre face aux inbuvables Eric... A leur côté, je reconnais le romancier/cinéaste Samuel Benchetrit, mais surtout, surtout, Disiz La Peste, tiens donc. Le rappeur vient faire la promotion de son premier roman et soudain, une réflexion (qui va être essentielle pour appréhender la suite de cet article) me traverse l'esprit.

Je me dis, à cet instant précis, que l'émission, qui s'étire sur plus de trois heures, ne me permettra pas d'en savoir plus sur Disiz et son livre, étant persuadée qu'il sera, comme la totalité des représentants de la culture dite "urbaine" qui l'ont précédé sur ce plateau, relégué en toute fin d'émission tel un paria qui pourrait effrayer la ménagère ou faire fuir le bobo. C'est couru d'avance, Disiz aura la parole, si tant est qu'on lui donne, à un heure tellement avancée de la nuit qu'il me faudra vider une soupière de café (voire deux) pour tenir éveillée jusque là. Je n'ai donc pas vu en direct live (même si l'émission est enregistrée) l'intervention de Disiz, mais après en avoir débattue tout un dimanche après midi avec une poignée d'amis, après m'être farcie les dizaines de commentaires sur le blog du rappeur, en réaction à ce qui ressemble de plus en plus à "L'Affaire Disiz", et alors que Réel Carter, le webanimateur de l'émission Stay Tuned ravivait la flamme ce matin via Twitter , je me suis dit que je me devais de réagir et de rectifier le tir, alors qu'une véritable cabale contre le MC était en train de prendre forme sous mes yeux.

Mais avant que j'aille plus loin dans mon analyse, voici le début du passage de Disiz La Peste dans l'émission On n'est pas couché de samedi soir, qui prète à polémique :



Que les choses soient claires, je suis absolument scandalisée par ces images, et je crois que mes nerfs n'avaient pas été mis à aussi rude épreuve depuis l'intervention d'Augustin Legrand dans cette même émission. Dès le début de son argumentation, on comprend que Disiz La Peste reprend, en des termes on ne peut plus limpides, les propos que je vous ai exprimés un peu plus haut, à savoir, que les représentants de la culture urbaine, pour parler de façon politiquement correcte, sont sous exposés, dans notre douce France. En d'autres termes, qui vient de banlieue est condamné a resté en "marge" (de la ville, de la société, des médias de masse etc etc). Mais la mauvaise foi qui règne actuellement dans l'hexagone, et qui se répand plus vite qu'une épidémie de grippe A (je vous renvoie à une autre affaire récente, qui met en cause le ministre de l'intérieur, un vrai bout-en-train qui adore les blagues sur ces sacrés "auvergnats" qui mangent du porc et boivent de l'alcool) s'est encore propagée samedi sur le plateau de Laurent Ruquier.

Mais comment ne pas être franchement révolté quand on entend Eric Zemmour éructer (avec un ton de professeur haussant la voix pour faire la morale à son élève ignare) qu'en France, on reçoit tous la même éducation, avec les mêmes référents culturels (et que je te cite Balzac, qui est à la littérature ce que Keith Richards est à tout mélomane franchouillard quinquagénaire qui se respecte), alors que c'est bien là que repose tout le problème. Nous avons tous les mêmes référents culturels français, mais jamais d'Aimé Césaire ou de Senghore au programme. Pourquoi ce modèle commun n'est il pas représentatif de l'image réelle de la France, sur le plan démographique ? Comment peut-on finalement, sur une chaîne de service public, donner la parole, chaque semaine, à un individu qui, confronté à une jeune homme métisse d'origine sénégalaise, le somme de nier une partie de ce qui le définit en tant qu'homme ? Et ce "nous" utopiste, pour ne pas dire démagogique, de Samuel Benchetrit, qui explique, en mode Grégoire, que nous, c'est "toi plus moi et tout ceux qui le veulent"... que non, non, non, nous ne sommes pas différents, non, non, non, la discrimination connais pas, et encore moins sur le plateau de Laurent Ruquier, ce "nous" là me déprime, autant qu'il me débecte.

Non, Disiz La Peste n'a pas craché dans la soupe, mais évidemment que cette invitation à venir faire sa promotion dans une émission populaire, n'était pas un privilège. Elle lui a été accordée, comme elle a été accordée avant lui à un Grand Corps Malade, à un Abd Al Malik, à un Akhénathon ou un Oxmo Puccino, pour servir d'alibi à un service public en quête perpétuelle du nouvel MC Solaar, ce rappeur érudit donc rassurant, pour la ménagère et le bobo, qui remplit les quotas de minorités (bizarrement plus invisibles que visibles à l'antenne) sans trop faire de dégât.

Je ne sais toujours pas de quoi parle "Les derniers de la rue Ponty", le roman de Serigne M'Baye Gueye dit Disiz La Peste, mais il rejoindra évidemment ma bibliothèque dans les jours prochains, parce que je ne peux que soutenir celui qui ose exprimer une réalité qui fait certes mal à la France mais qui se doit d'être percée à jour pour faire évoluer les mentalités (y'a encore du boulot). Parce que lire/acheter "Les derniers de la rue Ponty" est finalement pour moi un acte citoyen, militant, face à cette propagande zemmourienne rétrograde et réactionnaire qui sévit sur nos ondes à fréquence hebdomadaire. N'en déplaise à Eric Zemmour, la France de Disiz et de Grégoire, c'est "nous", c'est "Toi, plus moi, et tout ceux qui le veulent", c'est Michel Sardou et Youssoupha, c'est enfin Balzac, Zola, mais aussi Césaire et Fanon. Dont acte.

Pour soutenir Disiz ou réagir à l'émission sur son blog, c'est ici.


22 commentaires:

  1. Anonyme a dit…:

    article pertinent et tellement véridique ! je sui totalement d'accord et j'encourage un max de personne à soutenir disiz.

  1. Emily a dit…:

    Merci. Il fallait que je m'exprime là dessus. Entre ça et la vidéo de Brice Hortefeux la semaine dernière, le climat de cette rentrée devient vraiment étouffant. Je tenterai de faire une critique du livre dès que je l'aurai lu. En attendant, on peut aussi soutenir Disiz qui est en nomination aux Trophées des Arts Afro Caribéens 2009, catégorie meilleur clip pour "Il est déjà trop tard". Plus d'infos ici : http://www.lestaac.com/vote2009/mc.html

  1. Pandore a dit…:

    Et bien j'ai vu ton message sur le blog de Disiz et je dois dire que ton article est d'une qualité remarquable. De nos jours la banlieue n'est qu'un nid à gangster , racaille à nettoyer au karsher,... pour les médias et on se doit de réagir. Disiz à tenter de rétablir les choses mais face à ces trois personnes abjectes, surtout Zemmour (qui ce dit pro-peine de mort quand même), ce fut très difficile.
    Bonne continuations à toi ;)

  1. HH&V a dit…:

    émilie j'aurai pu écrire cet article!!
    franchement je crois que le pompom c'est quand on lui a dit qu'il était parano, ben voyons, c'est tellement plus facile que de se remettre en question.
    le pire c'est que je pense pas que ce soit conscient tout ça ruquier reste malgrés tout un des rares à inviter des rappeurs. donc bon je suis sur que la prochaines fois qu'il en invitera un il ne sera pas à la fin lol

  1. Emily a dit…:

    Merci Pandore et HH&V (cool ton blog au passage) pour vos réactions. Et un petit message à l'attention de ceux qui liraient cet article et qui ne partageraient pas mon opinion, n'hésitez pas non plus à vous exprimer, le débat est ouvert sur mysoul, c'est une tribune d'expression libre. J'ai pu constaté via des discussions sur Twitter que chacun interprète différemment ce qu'il voit à l'écran. Mon point de vue n'est donc pas objectif, j'avais juste besoin de l'exprimer à chaud après visionnage de l'émission.

  1. Réel Carter a dit…:

    Coucou Emily, je suis d'accord avec toi concernant les propos de Zemmour. On ne part pas tous avec les mêmes bases. Ce qui me dérange concernant Disiz, c'est le manque de clarté évident au niveau de ses explications. Je ne l'ai pas trouvé particulièrement à l'aise sur le plateau. Lorsque l'on vient chez Ruquier, il faut être préparé et je n'ai pas senti un Disiz déterminé.

    Disiz a l'habitude de ce genre d'émission, ce n'est pas la première fois qu'on le voit face à Zemmour.

    A un moment, il faut savoir faire les bons choix, l'exposition c'est bien, mais elle peut desservir très rapidement surtout dans ce genre d'émission.

    A la finale, Disiz aurait pu se passer de Ruquier.

  1. Emily a dit…:

    Je suis d'accord avec toi Carter, sur le fait qu'il n'était pas franchement à l'aise, mais sincèrement, dès qu'il commence à parler des "modèles", Zemmour monte sur ses grands chevaux et l'incendie. Je ne vois pas trop comment il aurait pu ne pas être confus ensuite, alors qu'il vient de se faire littéralement engueuler sur un plateau télé devant un million de gens. Selon moi, la façon dont Zemmour s'est adressé à Disiz était irrespectueuse et franchement humiliante. Comme je l'ai écrit, ça m'a donné l'impression d'un professeur qui faisait la morale à son élève. Avec ses airs suffisants, dès le départ, il ne l'a pas traité comme son égal. A ce moment là, je ne vois pas comment ça peut ne pas partir en vrille.

    Pour conclure, s'il s'était passé de Ruquier, je n'aurais même pas su qu'il avait écrit un livre car je ne l'ai pas vu s'exprimer à ce sujet dans un média "de masse" (bien sûr l'info existe sur le web, mais il faut aller la chercher). Je visite son blog assez régulièrement pourtant, mais j'étais passée à côté, comme quoi...

  1. Réel Carter a dit…:

    Zemmour on le connait trop !!! Il arrive toujours à mettre les gens mal à l'aise, il aime titiller là où ça fait mal, ce n'est pas la première fois que Zemmour bouscule Disiz.
    Je me demande vraiment si Zemmour ne joue pas un rôle tellement les inepties sont évidentes chez lui.

    http://www.dailymotion.com/video/x3cftt_immigration-zemmour-contre-disiz-la_news

  1. kafounek a dit…:

    Bonjour,
    J'aime beaucoup l'article!
    Néanmois disiz n'était pas préparé pour cette emission, il n'a pas su defendre son livre à mon goût et c'est vraiment dommage car c'etait le but de sa venue.
    De plus il a vraiment pas su se defendre et il a tellement paniqué qu'il s'est égaré sur des sujets qui n'avaient pas lieu d'être. Donc là il passait plus pour "une victime" qu'un artiste venu defendre ses oeuvres, ce qui le dessert totalement.
    Je ne souligne évidemment pas les propos de Zemmour et Naulleau qui sont très bas (comme à leur grande habitude)et parfois "humiliant"

  1. Emily a dit…:

    Hello Kafounek et welcome sur mysoul. Je suis d'accord sur le fait que Disiz a très vite abdiqué et n'a pas pu/voulu défendre son oeuvre. Mais en toute logique, s'il y a victime, il y a en face quelqu'un qui commet un acte répréhensible. C'est à ce dernier (en l'occurrence ils sont deux) que l'on devrait jeter la pierre, et non pas à la victime...
    En fait, en visionnant à nouveau le passage, je ne sais plus ce qui me scandalise vraiment. Si c'est le discours de Zemmour, ou si c'est le fait que le public, une fois le fiel du chroniqueur déversé, l'applaudisse... Pour reprendre les mots de Diam's, "c'est pas ma France à moi cette France profonde.."

  1. PaulKaram a dit…:

    En effet comme j'ai pu le lire...
    moi ce qui m'a surtout géné, ce n'est pas le ton hautain de Ricou, qui l'a à son habitude... C'est surtout la réaction de Disiz.
    Soit tu n'accepte pas de faire ta promo sur un plateau tel que celui-là car tu connais le concept, et surtout tu connais ses chiens féroces (et cons) ;
    soit tu t'armes...
    On a su que Disiz n'était pas le meilleur en débat depuis qu'il s'était fait malmené par Starr et Ekoué sur France 5... Et on l'a ressenti à nouveau face à Eric et Nolleau... Je pense qu'il aurait soit du s'en tenir à son livre... Il vient faire la promo du premier roman, donc il met le reste de côté : de la promo pure et jouer le rôle de cette émission... Soit refuser.
    Se placer uniquement comme écrivain ce soir là, aurait pu être un argument pour prouver que les Rappeurs et représentants de la culture urbaine ne ressassent pas toujours les mêmes choses comme veulent le faire croire de nombreux médias et Eric en first place... non ?
    Après évidemment, il n'avait sûrement pas prévu qu'il se ferait laminé sur la chaîne publique par le petit Zemmour...
    Mais bon... Je continu de soutenir Disiz pour autant... Brrrrrrrrr j't'es ken...

  1. Anonyme a dit…:

    Disiz parle de son passage chez Ruquier sur son blog : http://www.disiztheend.com/ ;)

  1. Anonyme a dit…:

    J'ai beaucoup apprécié ton article. Cette émission vient de passer hier soir ici au Canada donc j'arrive un peu en retard. Comme toi j'étais dégouté et même étonné par ce Zemmour, mais après avoir vu les visages des membres de l'audience et entendu l'applaudissement je me suis dit "peut-être c'est comme ça que pensent les gens".
    C'est donc soulageant de savoir que je ne suis pas le seul à le ressentir, tellement ça m'a énervé.
    Merci pour le lien sur son blog aussi, j'suis en train de le lire maintenant.
    Sorry for my French, it's not my first language and it's been a while since I used it regularly :)

  1. Anonyme a dit…:

    désolé mais je suis d'accord avec Zemmour lorsqu'il dit qu'on a tous les mêmes exemples je suis français peut être d'origine tunisienne mais j'ai été à l'école en France et regardé la même tv lu les mêmes livres que toutes les personnes qui sont nés ici. Disiz dit qu'il n'a pas d'exemple je pense qu'il s'exprime mal et qu'il veut dire que les minorités sont sous représentés enfin après il faut savoir se qu'on entend par minorités car les français sont d'origines divers et si on va dans ce sens les moins représentés sont les asiatiques. Et si Disiz était mis à la fin de l'émission pour que les gens restent jusqu'à la fin vous y avez pensé ? Et pourtant c'est souvent le cas. On parle peut de la culture urbaine dans les medias elle est pourtant variées, super intéressante, novatrice et aujourd'hui l'art vient de la rue, les anglais les américains l'ont compris on se demande quand les médias français s'en rendront compte !

  1. Alycat a dit…:

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/09/23/ca-fait-bien-longtemps-que-je-ne-prononce-plus-mon-prenom-quand-je-me-presente-au-telephone_1244095_3224_1.html

  1. Alycat a dit…:

    Je ne serais jamais d'accord avec Zeymour, il a dit trop, trop de trucs blessant et puis je sais ce qui le motive et ça ne m'intéresse pas. France unie oui, France uniforme non. Si la France était uniforme il n'y aurait pas de MySoul et pleins de trucs qui nous distinguent entre FRANÇAIS du Nord, d'Alsace, de Corse, de Bretagne,de Guadeloupe...

  1. Emily a dit…:

    Merci aux deux commentaires anonymes qui viennent d'être laissé plus haut. Ca nous apporte encore différents éclairages sur un débat qui décidément semblent vous passionner, comme quoi, le passage de Disiz chez Ruquier n'a laissé personne indifférent. Pour Alycat, j'ai lu cet article du monde, édifiant et vraiment consternant, il y a quelques jours sur lemonde.fr. En même temps, je n'était même pas étonnée de son contenu, trop d'anecdotes autour de moi abondant dans son sens. Quant au cas Zemmour, effectivement, j'ai regardé quelques minutes hier de son face à face avec Tariq Ramadan, et il a encore assené son même discours de France uniforme. Mais cette fois ci, il avait un face un interlocuteur qui, contrairement à Disiz, possède toute l'éloquence et l'assurance nécessaire pour le remettre à sa place. Pour une fois, j'ai jubilé lol !

  1. Alycat a dit…:

    Oh j'ai pas vu ça je vais essayer de trouver un lien. Le problème c'est que dans ce genre de situation comme tu dis souvent l'interlocuteur ne se sent pas assez en confiance pour se défendre (et c'est souvent devant ce genre d'interlocuteurs que Zeymour se lâche,de toute façon).

  1. fayceless a dit…:

    j'etais completement passé à cote ayant decide pendant un chti moment de zapper la tv.
    dans l'idée et bien que tous les intervenants soient un peu confus dans leurs argumentations, cela merite neanmoins discussion.
    dans ce que dit zemmour et bien que la forme n'y soit pas, je retiens un questionnement sur ce que nous pouvons partager comme valeurs (litteraires) dans la republique. je m'explique, avec une education nationale tres retrograde, passeiste et frappée d'une amnesie selective certaine quels peuvent être les auteurs qui puissent nous rassembler nous tous dans nos diversites ! mais que zemmour le veuille ou non et bien qu'on est censé tous avoir eu peu ou prou le meme enseignement, nous ne sommes pas tous capables de citer balzac ! donc de 2 choses l'une: soit une categorie de personne (et pour zemmour cette premeière est constituée forcement de gens d'origine étrangère et de banlieusards !) fait un rejet volontaire et "politique" de nos auteurs (au fait doit on considérer cesaire et senghor comme des auteurs francophones ?!!!!) soit, et j'avoue que j'opterais pour cette dernière, une catégorie de la population ne se retrouve pas dans la représentation qu'on (et je sais c'est normal car "on" est con) fait de la littérature française.
    quant à disiz, j'ai cru comprendre, au delà du discours sur la sous-représentation de la culture urbaine, que son propos était d'expliquer qu'il s'est appliqué à bien écrire car il n'a pas de modèle de sa culture urbaine à lui qui passe de la musique à la littérature ! mais je peux me tromper. on passera sur les autres intervenants es plante verte.

  1. Djeffx a dit…:

    j'avais vu l'émission à l'époque et j'suis un peu du même avis que Paulkaram.
    Les plateaux télé ce n'est apparemment pas le point fort de Disiz, j'ai dû le voir dans 3 émissions ces dernières années et je l'ai trouvé a chaque fois assez mauvais.
    Là on sent qu'il est trop sur la défensive qu'il n'est pas à l'aise, ce qui rend sont discourt confus et pas super structuré,le stress surement...
    Pourtant dans le fond c'est pas con ce qu'il veut exprimer mais la forme ne suit pas, le truc c'est que dans ce genre de talk le talk-show ou il y a beaucoup de débat si t'as pas la tchatche tu te fais bouffer et c'est l'impression qu'il m'a laisser.

    Concernant les artistes issus de la culture urbaine qui se voient toujours relégué au second plan dans les émissions, je pense que si on attend auprès de Ruquier, Ardisson, Foucault & co pour que ça change bah on va attendre longtemps!
    C'est triste à dire mais c'est comme ça.
    Si les choses doivent changer ça ne peut venir que de nous, un mec comme Jamel (volontairement ou involontairement) montre le chemin avec son comedy club en lançant des comiques qui sont une alternative aux Jean Marie Bigard, Frank Dubosc etc.
    Une maison d'édition (Sarbacane) à lancé une collection avec des auteurs qui donne la plume a des gens qui pour la plupart sont issue de la culture urbaine.
    Peut-être que que demain une nouvelle vague d'animateur issue de cette même culture débarqueront sur le câble et la tnt (les chaines hertzienne j'y crois pas trop... hormis canal qui est une exception) et accorderons plus d'égard à des gars comme Oxmo, Disiz un peu comme ce fut le cas aux states.

  1. musicoblog a dit…:

    Cet article est d'une justesse et d'une pertinence incroyable. D'ailleurs, il y a quelques jours, je faisais le même débat avec mon père, (immigré haïtien qui a tout quitté il y a 26 ans, pour donner la chance à ses trois enfants de faire des études et croyez moi, mon papa et la littérature d'où qu'elle vienne, c'est une histoire d'amour) sur ces manuels scolaires qui ressemblent uniquement à la France qu'ils veulent et non celle qu'ils voient ou font semblant de ne pas voir. J'ai eu 15 ans, j'ai écouté Disiz et si aujourd'hui il ne me viendrait pas à l'idée d'acheter un de ces CD, soutenir son action, soutenir son écriture me semble totalement à ma portée.

  1. Anonyme a dit…:

    Nous étudions du Aimé Césaire et du Leopold Sedar Senghor à l'école.

Enregistrer un commentaire

 
Mysoul.fr © 2008-2012 | Theme adaptation by Emilie C.