Teriyaki Boyz, Japan Invasion !!!


Following the release of "Beef or Chicken", their debut album on Def Jam Japan in 2006, japanese Hip Hop sensation Teriyaki Boyz are ready to drop their eagerly anticipated sophomore joint, "Serious Japanese", at the end of this month. The project, which will be released through The Neptunes imprint, Star Track, will be the first J-Hip Hop project to have a major release in the United States. Once again, the quintet has enlisted A-lists producers (Pharrell Williams<, Mark Ronson, Jermaine Dupri, Kanye West...) to work on the album, the first official single being the Pharrell Williams collab, and massive banger, "Work That !". Chris Brown appears shortly at the end of the track, but is nowhere to be found in the very low budget video supporting the track, that you still can check right inside the French post, as well as some of their previous work. Enjoy !
---
Le Japon a de tout temps fasciné le monde occidental, mais depuis les années 80 et l'apparition des premiers mangas dans le Club Dorothée, la culture nipponne s'est petit à petit imposée comme la principale alternative à la toute puissance américaine. Depuis le début de la décennie, le processus s'est même accéléré, si bien que l'on pourrait désormais non plus parler de simple influence, mais de véritable hégémonie. Précurseurs, prescripteurs de tendances, les japonais sont aujourd'hui la référence en matière d'entertainment, et nous éblouissent par leurs innovations et leur audace. Les Harajuku girls, ces fashionistas tokyoïtes qui ne se refusent aucune excentricité, ont influencé le look "kawaï" de toute une génération d'adolescentes, et ont même réussi à contaminer la culture Pop américaine, par l'entremise de Gwen Stefani, qui depuis son album "Love Angel Music Baby", leur voue une sorte de culte qui lui a inspiré chansons et mise en scène scénique.

En 2008, les Planet Sushis et autres Sushi Shops ont quasiment supplanter nos bons vieux Mac Do sur les trottoirs des grandes agglomérations. Les abonnés Freebox fans de J-Pop se régalent en matant les clips programmés sur la chaîne No Life. Les sites de visionnage de série en streaming ont tous intégré un section dédiée aux "anime"; Bleach, Nana, Death Note ou Naruto sont devenus de véritables phénomènes de société, alimentant les conversations dans les cours des lycées, les forums et autres blogs spécialisés. Fin novembre, la société Anime Manga Presse a même lancé dans les kiosques Japan Lifestyle, un bimestriel consacré, comme son nom l'indique, à la Pop Culture et aux dernières tendances made in Japan.

Et les Teriyaki Boyz, dans tout ça, me direz-vous ? Justement, j'y viens ! Ce quintet de J-Hip Hop s'apprête à créer l'évènement avec la sortie la semaine prochaine de "Serious Japanese", sur le label des Neptunes, Star Trak Records. Le combo deviendra ainsi le premier groupe de rap japonais à bénéficier d'une sortie majeure sur le territoire américain. Si, sur le papier, le tracklisting semble tout simplement monumental (les Neptunes, Mark Ronson, Kanye West, Jermaine Dupri, oeuvrent à la prod), les Teriyaki Boyz n'en sont pourtant pas à leur coup d'essai.

En 2006, ils publiaient sur Def Jam Japan un premier opus "Beef Or Chicken", réalisé sous la houlette des mêmes Neptunes, et Ronson, mais également Just Blaze et DJ Premier ! "Heartbreaker", le premier single qui en fut extrait, était produit par les français de Daft Punk, et samplait leur titre "Human After All".



Si l'on ajoute à cela leur implication dans l'univers de la mode (le DJ du groupe, Nigo, a fondé la populaire marque Streetwear A Bathing Ape, ainsi que les lignes Billionnaire Boys Club et Ice Cream en association avec Pharrell Williams), on comprend pourquoi les Teriyaki Boyz n'ont aucun mal à enrôler les plus grosses pointures du Hip Hop US sur leurs différents projets.

Ci dessous, le cover art officiel de "Serious Japanese", et le tracklisting définitif :



1. "Please Come Intro!"
2. "Work That !" feat. Pharrell & Chris Brown
3. "After 5 (A.M.)" feat. Mademoiselle Yula
4. "Tokyo Drift (Fast & Furious)"
5. "Sweet Girl" feat. Dondria
6. "Teriyaking" feat. Kanye West & Big Sean
7. "5Th Element" feat. Cornélius
8. "Serious Japanese"
9. "Zock On !" feat. Pharrell & Busta Rhymes
10. "(Can't) "Bake" That "Fape" feat. Takagikan & Adrock
11. "Itsumo It's More"
12. "I Still Love H.E.R." feat. Kanye West
13. "Get the Hell Outro"
14 : "Tokyo Drift (Fast & Furious) Remix" feat. Pharrell Williams, Pusha-T & FAM-LAY

Côté guests, là aussi, ça en impose ! On retrouve d'abord Pharell sur le premier extrait "Work That", dont je vous propose de découvrir la vidéo ci-dessous :



L'intervention de Chris Brown se limitant à une simple phrase répétée 4 fois en fin de morceau ("You can work it out, but you gotta get started now"), le fait que ce dernier soit crédité dans les featurings n'a selon moi par d'autre intérêt que de générer un peu plus de buzz sur ce titre, qui n'en avait de toute façon pas véritablement besoin tant il est explosif !

Au Japon, un autre single est actuellement exploité en radio, il s'agit du titre "Sweet Girl" produit par Jermaine Dupri, qui a d'ailleurs placé sur ce titre sa protégée Dondria, dont nous vous avions parlé il y a quelques mois.

On retrouve également sur l'album deux titres qui avaient déjà fait pas mal de bruit dans la communauté Hip Hop, sans avoir pour autant fait l'objet d'une parution physique. "I Still Love H.E.R." produit par Kanye West, hommage au classique de Common "I Used to love H.E.R.".



Quant au morceau "Zock On!" sur lequel vient encore une fois poser l'ami Pharrell mais également Busta Rhymes, il est paru dans le courant de l'année 2008, afin de préparer le terrain et d'assurer un lancement d'envergure à l'album "Serious Japanese".



Sur le net, le groupe ne trahit pas non plus son image avant-gardiste, puisqu'une superbe nouvelle version de leur site officiel, teriyakiboyz.com, a été lancée il y a quelques jours.



Sortie de l'album Serious Japanese le 28/01/09
Plus d'infos : http://teriyakiboyz.com



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Mysoul.fr © 2008-2012 | Theme adaptation by Emilie C.