Misty Oldland "What Wonderful World" (Louis Armstrong cover)



In 1997, the supadupa Misty Oldland, a pure talent hailing from London, (who happens to be one of my all time favorites and a never-ending source of inspiration to me), published her sophomore album, entitled "Luminous", a Japan only release. On the follow-up to her masterpiece "Supernatural", the amazingly gifted soulful siren collaborated with the Tokyo Ska Paradise Orchestra to give birth to an incredible rework of the Louis Armstrong classic "What A Wonderful World". You can stream the full song as part of our Sunday Mysoul covers section. Mesmerizing.

---
Si vous avez écouté notre playlist spécial Noël, vous avez déjà pu constater mon penchant pour la chanteuse anglaise Misty Oldland. Découverte en 1994 avec son hit "A Fair Affair" qui samplait habilement le "Je T'Aime Moi Non Plus" de Gainsbourg, cette musicienne et productrice londonienne a publié la même année un brillant premier opus chez Epic/Sony, "Supernatural", qui contenait notamment deux superbes collaborations avec Omar (Got Me A Feeling) et Don-E (You Are The One). Mélange subtile et classieux d'acid jazz, de soul, de funk et de groove aérien, ce premier essai qu'elle a quasiment intégralement produit et composé, reste l'un de mes albums de chevet, 15 ans après sa sortie. Malgré toutes ses qualités de mélodiste et d'arrangeur, Misty n'a publié le successeur de "Supernatural" qu'au Japon, suite à un conflit avec Sony Music. Cette perle rare, intitulée "Luminous", fut commercialisée en 1997 et semble désormais quasiment introuvable à la vente (et ce n'est pas faute d'avoir puisé dans les tréfonds d'Itunes ou d'Amazon).

C'est pourtant sur cet opus que l'on trouve le titre "What A Wonderful World", fruit d'une collaboration avec le Tokyo Ska Paradise Orchestra. Cette reprise audacieuse du standard de Bob Thiele et George David Weiss, immortalisé par Louis Armstrong, est une véritable relecture du morceau culte. Une intro au piano, une voix légère et sucrée, des arrangements élégants et cuivrés, un tempo accéléré, la métamorphose est telle qu'elle en est, au premier abord, un peu déroutante.

La mélancolie du titre d'origine a laissé place à une féerie lumineuse, une symphonie joyeuse, un sourire musical aussi coloré qu'une publicité pour les bonbons Haribo. Le monde merveilleux de Misty a le goût acidulé d'une fraise tagada, un charme irrésistible qui emporte l'auditeur dans une rêverie qui sied si bien le lyrisme débordant de ce texte, à la portée universelle et intemporelle. Une reprise que sa qualité impose d'elle-même dans notre rendez-vous dominical, et désormais incontournable : les Mysoul covers.




Bien sûr, ce standard (et c'est l'une des raisons pour laquelle il en est devenu un) a inspiré des générations de musiciens, et a fait l'objet de multiples reprises. Voici en bonus, une version beaucoup plus académique, signée John Legend :



Et pour finir, la "démonstration" du maître. Respect :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Mysoul.fr © 2008-2012 | Theme adaptation by Emilie C.